Accueil du site > Le réseau des acteurs de l’eau > Quelle agriculture pour une gestion pérenne de la ressource eau ? (...)

Quelle agriculture pour une gestion pérenne de la ressource eau ? Contribution à l’atelier du SAGE plaine du Roussillon du 9 avril 2014

dimanche 13 avril 2014

Les nouveaux acquis, la nouvelle donne font que nous sommes dorénavant dans un espace fini,non extensible. Cela oblige les sociétés humaines à repenser les techniques d’exploitation et de recyclage. Aujourd’hui, l’eau contemporaine a changé de statut, elle commence à être gérée de manière globale. De nouvelles préoccupations sont apparues telles que la protection de la biodiversité et du paysage, tel la préservation des écosystèmes, l’eau est « un milieu de vie » tout ceci constitue les éléments garants de la pérennité de la ressource.Longtemps, on a pensé que « l’eau pouvait être considérée comme abondante ». Aujourd’hui les citoyens, de part notre mode de développement, commencent à comprendre qu’elle est devenue « un bien limité à la qualité menacée » avec une pollution de plus en plus diffuse et complexe. La vitesse est l’autre paramètre, en effet notre capacité à bouleverser le milieu naturel est sans précédant. L’écologie et au travers de celle-ci, l’agriculture biologique bien pensée situe les êtres vivants dans leur habitat et cherche à les comprendre au travers des relations qui les lient les uns aux autres. En quelques sorte, la fonction du SAGE est de se poser en jardinier de la terre garant d’une ressource eau pérenne, garant aussi du partage équitable de ce bien commun. Ces dernières décennies ont apporté une connaissance nouvelle et approfondie du vivant et de la dynamique des écosystèmes (1). Nous devons désormais agir avec la nature et non en nous considérant comme des chefs d’orchestre que nous ne sommes pas. Nous vivons en ce moment l’effondrement d’un système économique fondé sur l’exploitation de ressources naturelles pensées commet inépuisables. Nous savons maintenant que celles-ci sont limitées.

Il est utile de rappeler les principaux effets néfastes de l’ agriculture chimique :celle-ci repose sur l’’usage d’ intrants, donc sur la question de l’énergie et du pétrole d’où une fuite en avant sans issue. 53% des eaux souterraines en France (2) présentent des concentrations de pesticides trop élevées. Les monocultures et cultures intensives appauvrissent la biodiversité, stérilise la terre à terme,les exemples se faisant de plus en plus nombreux. Ce système économique entraîne une perte de la vie sociale des territoires et de la connaissance subtile de ces derniers.L’agriculture vivrière ne peut être placée sur le marché du libre échange, c’est un crime.Nous avons ainsi construit une agriculture hors-sol (3) L’agriculture agrochimique du modèle dominant s’autoproclame « agriculture traditionnelle » mais en réalité son histoire ne remonte qu’à une soixantaine d’années. Ce modèle agricole n’aura représenté qu’une parenthèse de l’évolution de l’humanité liée à l’exploitation des énergies fossiles. L’agriculture biologique quant à elle est en fait la véritable héritière de l’agriculture paysanne en cherchant à renouer avec les fondements d’un travail de la terre en raisonnance avec le milieu ambiant. .

Cultiver la terre autrement est donc devenu un impératif. Traiter en aval les effets d’une agriculture prédatrice de la ressource eau est un luxe et un gâchis que l’on ne peut plus se permettre parce que nous n’en avons plus les moyens. A cela s’ajoute les effets collatéraux de cette politique sur la santé humaine avec l’effet cocktail que confirment aujourd’hui nombre d’ études des services de santé. La grave dégradation actuelle du cheptel apicole en traduit un autre aspect.(4) C’est pourquoi, à tous les niveaux, il nous faut aujourd’hui privilégier le qualitatif sur le quantitatif (Nous avons quitté de fait l’ère du quantitatif pour nous engager dans celui du « bien vivre » qui est en fait une quête de cohérence de vie ) l’agriculture biologique paysanne reprend nécessairement à son compte une redéfinition des espaces et du paysage avec notamment le rôle protecteur des haies dans le ruissellement des eaux. L’agriculture biologique pourvoyeuse de main d’oeuvre, engendre une nouvelle dynamique sociale, économique et culturelle du territoire. Il est évident que l’agriculture biologique à laquelle nous faisons référence et celle des circuits courts où l’on sait qui est qui et qui fait quoi. Quant à celle qui cherche a capter la forte demande en constant essor d’aliments sains et diversifiés par de pseudo cahiers des charges élastiques ou sous l’étiquette d’une agriculture raisonnée(.....)(5) ces productions opportunistes n’ont rien à voir avec le mouvement de mutation sociétale que nous connaissons.

La sécurité alimentaire des peuples repose sur une agriculture vivrière locale diversifiée, associant de nouveau élevage et culture. L’agroécologie n’est pas destiné à des consommateurs privilégiés, elle représente une alternative à l’impasse dans laquelle nous sommes. La gestion locale de l’eau nécessite des espace agricoles vivants, en osmose avec le milieu naturel qui réinvente une unité du territoire et du vivant. Tout comme l’artisanat, l’agriculture s’est laissée déposséder de ses savoirs au profit de techniciens et de techniques industrialisées. Raisons pour lesquelles les exploitants agricoles appartenant au système dominant sont sur la défensive face à la mutation en cours. La renaissance d’une agriculture vivrière portée par de nouvelles générations qui ne sont pas nécessairement issues du milieu agricole redonne du sens au travail de la terre, offre une perspective attractive, désirable (6). La reconfiguration des territoires aujourd’hui se traduit par des espaces agricoles , des espaces naturels, des « tiers-paysages » laissés pour compte comme les nomment Gilles CLEMENT ainsi que des espaces urbanisés qui tous, appartiennent aujourd’hui à un ensemble indissociable de patrimoine commun.

En conclusion, il me semble utile et nécessaire d’approfondir cette réflexion sur la mutation agricole en cours(7) et non d’esquiver ou d’étouffer cette réflexion sous prétexte de lourds conflits d’intérêts et de tensions à venir. Le mieux est bien d’en parler, de dire les choses telles quelles se présentent. La superficie agricole en Languedoc Roussillon a reculée de 1 % par an entre les deux derniers recensements : c’est énorme. Partout on observe une conversion des terres agricoles en terres constructibles. Cette période caractérisée par une forte pression démographique, nous ne voulons pas la considérer comme une fatalité inéluctable, comme un état de fait. Une expansion infinie des habitats sur le territoire et de l’urbanisation n’est plus envisageable aujourd’hui. Cela va à l’encontre des lois de l’écologie et des écosystèmes qui sont devenus les fondements de nos travaux.

Paradoxe de cette crise profonde de gestion de la ressource des masses d’eau, celle-ci nous offre l’ opportunité unique de réfléchir tous ensemble au sein de la structure du SAGE : associations d’usagers, associations environnementales, élus, syndicats, organisations agricoles, ASA, Agence de l’ Eau,représentants de l’ Etat, chercheurs, etc sur les conditions à réunir pour une gestion pérenne et équitable de la ressource. Et cela nous conduit nécessairement à poser des questions sur les choix économiques. LE SAGE parle d’écologie scientifique sur laquelle s’appuie une politique environnementaliste qui ne résoudra rien sur le fond des problèmes. Maintenant nous y sommes et il n’y a plus à tergiverser. Nous allons devoir penser en terme d’écologie politique.Le SAGE développe une éthique de la responsabilité c’est pourquoi nous avons l’impérieuse nécessité d’élever le débat, prendre du champs par rapport aux conflits d’usages, aux urgences qui nous pressent pour poser les bases des conditions du devenir viable des Hommes qui nous succéderons sur ce territoire.La gestion de l’eau nécessite d’être pensée dans la durée, chacun le sait. Par la force des choses nous allons devoir être économe de la ressource. Par la force des choses nous allons devoir être solidaires.Alors commençons !

Comme nous l’évoquions en préliminaire, notre capacité à bouleverser le milieu naturel est sans précédant.On assiste actuellement à une exponentielle technologique, financière et énergétique qui ne résoudra rien et ne peut que générer de la rareté en terme de ressource eau. Il faut agir en amont des problématiques alors que tous les modes de gestion actuels n’interviennent qu’en aval des problèmes. 70 % de l’eau douce est utilisée par l’agriculture (8), c’est pourquoi la question du travail de la terre est centrale dans la gestion des masses d’eau. Les exploitants agricoles apôtres du modèle dominant sont en souffrance. IL y a aujourd’hui perte de sens dans leur rôle. Ils doivent entendre et ils l’entendent, l’obligation de restituer l’eau à la terre en l’état dans lequel ils l’ont reçue. Et nous devons les aider pour cela. Il nous faut à la fois gérer au mieux ou disons au moins mal la situation présente et ce sera un casse tête. Parallèlement nous devons reconsidérer les usages, les modes de gestion,les techniques et les technologies employées portés par l’ utopie de réconcilier l’ Homme avec son milieu naturel. L’ urgence première face à toutes ces questions repose sur l’engagement de nos élus locaux, maillon faible des SAGE, afin que ceux-ci entrent en compétence, prennent intérêt aux tenants et aboutissants d’une gestion pérenne de la ressource eau . Le service public de l’eau est très mal en point, la politique du chacun pour soi, à commencer par celle des plus aisés est déjà bien engagée avec l’explosion des forages privés auxquels nous assistons qui sape les fondements de toute politique publique viable.

L’eau est une ressource locale, sa gestion doit rester au plus près du local avec l’implication du plus grand nombre des usagers.La mise en commun est la garantie d’une gestion pérenne de la ressource eau : informer, associer , impliquer le plus grand nombre des citoyens dans une transparence de gestion du premier des biens communs.

Pour l’association des Usagers de l’Eau des Pyrénées Orientales Dominique Bonnard

. (1) Chacun pourra se reporter aux publications des travaux de recherches sur les dynamiques des sols de Claude et Lydia BOURGUIGNON ou ceux de Bernard BERTRAND, Victor RENAUD ou Gilles CLEMENT pour ne citer que ces cinq figures.

(2) sources : Ministère de l’Ecologie ,BRGM.

(3) Nous sommes pour un protectionnisme agricole afin que chaque peuple œuvre à son autosuffisance vivrière. On ne peut mettre sur le le libre-marché les fondements de l’autonomie des peuples au risque de produire de dangereuses dépendances politiques. La France tout comme l’Allemagne , l’Angleterre et les Etats Unis ont toujours pratiqué un protectionnisme agricole qui ont fondé leur suprématie politique dans le monde.

(4) La France reste, le premier utilisateur de pesticides ( fongicides, insecticides, herbicides) en Europe avec l’usage de 100 000 tonnes par an ( sources statistiques SENAT)

(5) le cahier des charges « Nature et Progrès » , situé parmi les plus rigoureux ne représente que 5 % de l’offre en production biologique. Il faut savoir que durant ces trente dernières années, la demande à toujours été supérieure à l’offre et pourtant ,nous n’avons jamais connu de rupture de l’offre. Celle-ci s’adaptant à la demande au travers de cahiers des charges complaisants et d’importations toujours croissantes( 60 % de la consommation de produits « biologiques » sont actuellement importés)

(6) Aux Etats Unis, ce sont actuellement plus de 50 millions d’habitants qui s’approvisionnement en produits de maraîchage biologiques locaux au travers de circuits courts tels que coopératives d’achats, équivalents de nos AMAP. Mouvement porté principalement par la jeunesse Américaine. On assiste à l’émergence d’un mouvement de même nature en Europe actuellement au travers d’associations telles que « Slow food » et les actions pour des cantines scolaires bio.

(7) Voir les analyses développés depuis plus de quarante années par Edgar PISANI, rené DUMONT, François DE RAVIGNAN ou plus récemment Sylvia PEREZ-VICTORIA et Marc DUFUMIER.

(8) sources : Ministère de l’ Ecologie.

Visites uniques sur ce site | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL