Accueil du site > Dossiers thématiques > Compte-rendu de l’Assemblée Générale 2015

Compte-rendu de l’Assemblée Générale 2015

mercredi 1er avril 2015

Rapport moral 2014

Chers adhérents, chers concitoyens,

Cela fait dix ans cette année que notre mouvement citoyen concernant la gestion de l’eau s’est constitué. Au fil des années, l’association a continué à agir, certes, non sans difficultés.

Je n’ai cessé de rappeler lors des précédentes Assemblées Générales le fait que la vie associative nécessite la contribution du plus grand nombre pour donner sens à son action. Aussi modestes soient ces contributions, elles sont précieuses pour celles et ceux qui ont accepté d’être les interprètes et les responsables de cette action collective.

Les associations telles que la nôtre, impliquées dans des questions d’intérêt général, de politique au sens premier du terme, sont à même de mesurer la profondeur de la crise sociétale que nous vivons. Nous le voyons, par exemple, au travers de la difficulté que nous rencontrons pour recueillir des témoignages à propos des dérives dont sont victimes les usagers concernant le S.P.A.N.C. (1) où les usagers qui vivent la violence sociale des coupures d’eau.

Comme l’énonce Bernard Charbonneau,« L’Homme moderne est tétanisé, dominé par la fulgurance des bouleversements qu’il vit chaque jour. Tout s’inscrit dans l’urgence et le temps pour penser par soi-même ne semble plus possible. » La soumission et la peur en sont venus à régir un nombre toujours plus grand d’individus y compris parmi nous. Personne n’ose exprimer de projet parce que la confiance en l’avenir n’est plus là et que la confiance en soi en est altérée.

La question centrale est bien là, poursuit Charbonneau « dans la difficulté de l’individu moderne à être un sujet capable de relever le défi de la gestion de sa liberté face à la montée en puissance du pouvoir de l’ humanité dans tous les domaines d’une croissance économique et technique indéfinie » devenue la religion de notre temps.

Tout ceci entraîne un bouleversement de la nature et une vie de l’ Homme de plus en plus en hors sol, en déconnexion de son milieu de vie. Ce lien avec la nature et la liberté sont des fondamentaux dont l’altération profonde engendre une souffrance morale. « il est à craindre que la puissance du caractère irréversible des bouleversements que nous connaissons ne laisse la place à des forces d’organisations sociétales autoritaires  » précise Charbonneau dans son analyse. La peur est un maître exigeant mais l’histoire n’est jamais écrite et aussi dérisoire que puissent apparaître nos résistances, nos luttes, nos constructions éphémères, celles-ci demeurent fondamentales car elles donnent du sens à nos vies et sont les étincelles d’autres destinées possibles que nous portons.

Notre association a toujours été très attachée à son indépendance, loin de toute influence. Sa liberté de parole en fait sa force mais représente en retour un prix à payer. Une réflexion et une action autonome comme la nôtre dérangent trop de nos élus dont l’action se caractérise par un vide de la pensée politique. Nous nous retrouvons de plus en plus face à des responsables politiques locaux qui se comportent en irresponsables. Ils renoncent à penser par eux-mêmes en se présentant comme de simples exécutants des directives de l’Etat qu’ils prétendent subir. Parmi les points du rapport d’activité 2014 que nous allons développer après cette introduction générale, nous parlerons de l’échéance prochaine du contrat de délégation concédé à VEOLIA par les communes membres du syndicat intercommunal d’Arles sur Tech.

Nous y revoilà donc, huit ans après une mobilisation citoyenne sans précédent dans le Vallespir face à des élus refusant tout débat public sur une gestion de l’eau potable catastrophique abandonnée entre les seules mains du privé. Après 73 années consécutives de gestion déléguée au privé et un pouvoir local composé majoritairement des mêmes élus, va-t’-on être en situation d’engager une autre perspective ? La gestion en régie publique semble pourtant être la seule issue raisonnable au vu de l’état des infrastructures et de la situation économique du syndicat. Nous pensons qu’une gestion en régie ne peut être authentique que si elle est portée par une volonté politique. On ne décrète pas une gestion en régie. On la construit en connaissance de cause. Une nouvelle fois, nous démontrerons que ce mode de gestion est le meilleur chemin non seulement pour une gestion pérenne de la ressource eau mais aussi pour permettre au citoyen d’être associé à cette gestion.

La dégradation des services publics de l’eau que nous connaissons conforte les solutions individuelles. 98 % des écoulements des eaux souterraines rejoignent les cours d’eau. Ces eaux souterraines contribuent pour 55 à 60 % au débit de nos rivières.Ceci constitue le bien commun. Et pourtant les forages n’ont jamais été aussi florissants, puisant toujours plus profond. Le S.A.G.E. de la Plaine des nappes du Roussillon* enregistre 2500 forages déclarés mais reconnaît l’existence de 30 000 forages pour un captage estimé à 5 millions de m3 par an. A qui appartiennent les eaux souterraines ? La loi est peu claire à ce sujet et permissive. Un puits ne doit être déclaré que si sa profondeur excède 10 m et si son débit est supérieur à 8m3 /heure ! Les préleveurs estiment ainsi disposer d’un droit et ne veulent pas entendre parler de contrôles ni de compteurs ou de taxes. On mesure les conséquences des moyens techniques qui sont aujourd’hui à disposition de l’ Homme. Cette politique des forages toujours plus profond est devenue un mal planétaire. Une politique du chacun pour soi, de court terme, sans réflexion sur l’évolution de la ressource.

Je concluerai cette introduction de notre assemblée générale en vous livrant ces mots d’Elisée Reclus que je vous laisse méditer. Nous pourrions d’ailleurs les placer en exergue de notre action : «  l’ Homme, c’est la nature qui prend conscience d’elle- même »

Dominique Bonnard Samedi 28 février 2015 A.G.

 [1]

Rapport d’activité 2014

  • Suite de l’action engagée par le collectif d’usagers de l’eau de la Forge del Mitg L’association a été associée, en début d’année, à une journée de travaux concernant l’évolution de la régie publique d’électricité de St Laurent de Cerdans.
  • l’association a poursuivi tout au long de l’année sa participation aux commissions de travail des deux SAGE des Nappes du Roussillon et de la vallée du Tech.
  • l’association a rejoint le Collectif Alternatives aux pesticides 66 ainsi que l’association FRENE66 ( Fédération pour les Espaces Naturels et l’Environnement) dont Catherine DAVID est notre représentante.
  • l’année aura surtout été consacrée aux conflits liés aux coupures d’eau et aux suites apportées dans le combat mené dans la gestion du SPANC.
  • le 23 février 2014 l’association a organisé en partenariat avec les associations Vallespir Terres Vivantes, Citoyens dans les Quartiers de Céret , FRENE66, l’ association de Protection du Site de Marcevol et le Collectif Alternatives aux pesticides 66 une pétition contre le projet de golf de St Jean Pla de Corts.
  • 24 et 25 mai 2104 .Tenue d’un stand de l’association en compagnie du collectif local d’usagers de l’ eau du Cady ( CUSEC) lors du « forum des possibles » qui s’est tenu à Fillols.
  • le 11 juin 2014, a eu lieu une action collective de citoyens à l’initiative de Jean Yves et Micheline Prud’homme suite à une coupure d’eau injustifiée. Cette action publique s’inscrit dans la suite du long conflit qui a opposé les habitants du quartier des Costètes de Céret à la municipalité face à l’absence d’assainissement collectif de ce quartier.
  • le 5 juillet 2014 s’est tenu une réunion de la C.R.A.U.E. ( Coordination Rhône-Méditerranée des Associations d’Usagers de l’ Eau) à Perpignan sur la thématique des transferts d’eau inter-bassins avec la participation de représentants d’associations d’usagers de la région de Barcelone.
  • le 20 juillet 2014, l’association a partagé un stand avec le collectif d’usagers de l’eau du Cady à la foire annuelle bio de Prades organisée par Nature et Progrès. Catherine DAVID et Nathalie CHEMIN ont assuré la gestion de ce stand.
  • le 24 juillet 2014, l’association a organisée en partenariat avec l’association Can Decreix de Cerbère une conférence-débat sur les solutions de l’assainissement individuel écologique et l’utilisation des toilettes sèches avec la participation de Christophe MEROTTO de l’association « Terre et pierre » de Riscle ( 32).
  • le 29/30/31 août 2014 intervention le 29 août sur « Quel avenir pour les canaux d’arrosage des Pyrénées Orientales ? » lors de la rencontre nationale de la décroissance organisée à Cerbère par l’association locale Can Decreix.
  • le 5 septembre 2014, action de soutien à Caroline Hiroux victime de coupure d’eau en dépit de la mise en application de la loi Brottes. S’en suivra une action continue à l’échelle départementale et nationale durant plusieurs mois. Victoire provisoire à l’échelle départementale.
  • le 27 septembre 2014, tenue d’un stand de l’association assurée par Jean Marie COMBEL lors de la Journée de Transition Citoyenne qui réunissait un grand nombre d’associations à Perpignan. Associations dont les thématiques d’actions sont en lien avec la problématique de la gestion de l’eau notamment.
  • le 5 octobre 2014, la tenue d’un stand de l’association est assuré par Nathalie CHEMIN au festival annuel de Vallespir Terres Vivantes qui s’est déroulé à l’espace communal de Nogarèdes à Céret.
  • le 10 novembre 2014 Nathalie CHEMIN et Dominique BONNARD rencontrent à Argelès l’élu en charge du SPANC de la C.C. A..C.V. En régie publique ainsi que le responsable technique.
  • le 13 novembre 2014, participation au débat-public organisé par le collectif CUSEC des usagers de l’eau des communes de Vernet les Bains, Corneilla del Conflent et Casteil dans la perspective de la fin du contrat de délégation des services publics d’eau potable et d’assainissement collectif délégués à la SAUR.
  • décembre 2014, envoi d’une lettre ouverte aux 202 maires membres du syndicat mixte SPANC66 face aux graves dérives de mise en application de la loi sur l’eau appliquée à l’ A.N.C. ( Assainissement Non Collectif)
  • décembre 2014, demande de documents publics au S.I.A.E.P. de Bouleternère qui rassemble les communes de St Michel de Llottes, Corbère les Cabanes, Corbère et Bouleternère. Appel aux services de la CADA et obtention de gain de cause.
  • décembre 2014, demande de documents publics à la commune du Boulou. Mise ne demeure de fournir les documents. Obtention partielle des documents. Absence des RPQS ( Rapport sur le Prix et la Qualité des Services)
  • décembre 2014, lancement de la campagne de mobilisation des usagers de l’eau en vue de la création d’un collectif d’usagers actifs demeurant sur les six communes membres du S.I.A.E.P. D’Arles sur Tech dont le contrat de délégation du service public de l’eau potable arrive à échéance le 1er juin 2015.

Notes

[1] 1) S.P.A.N.C. : Service Public d’Assainissement Non Collectif 2) Le S.A.G.E. de la Plaine des nappes du Roussillon* : Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’ Eau

Visites uniques sur ce site | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL