Accueil du site > Actualités > Quels étaient vos objectifs en venant à Cabestany, monsieur le président de (...)

Quels étaient vos objectifs en venant à Cabestany, monsieur le président de la fondation France Libertés ?

vendredi 16 octobre 2015

Mardi dernier, la commune de Cabestany située dans les Pyrénées Orientales recevait Gilbert Mitterrand pour une conférence sur les droits humains. Notre association n’était pas informée de l’événement ni invitée. Ceci alors que nous sommes liés à la fondation France Libertés par des partenariats, le dernier en date est en cours et s’intitule « opération transparence sur le SPANC ». Cette grande campagne nationale s’achèvera en juin 2016.

Précédemment, nous nous sommes engagé dans un combat -toujours en cours- contre les coupures d’eau que continuent à exercer les multinationales VEOLIA et consorts en toute illégalité, en dépit de la loi. Là aussi cette lutte menée par le tissu associatif se déroule de concert avec la fondation France Libertés.

Il est fort dommageable que Gilbert Mitterrand ne soit pas informé des actions menées par la fondation qu’il préside. Il aurait ainsi sans doute évité le choix malheureux de la ville de Cabestany comme lieu de conférence. Un autre scénario aurait été possible, dans lequel notre association lui aurait rendu compte des réalités locales afin d’inscrire dans son intervention les éléments d’une actualité locale qui lui aurait permis de saisir son auditoire constitué de tout l’aéropage des élus de notre région.

Toujours est il que s’il avait eut connaissance de notre existence, nous l’aurions informé que quinze jours auparavant le CCAS de la commune de Cabestany en soutien à madame MARTI a fait appel à notre association en désespoir de cause face au refus de dialogue de l’agence locale VEOLIA et sous la menace d’une coupure d’eau. Notre interpellation directe de Jean VILA, maire de Cabestany au travers d’un courrier lui demandant d’agir expressément auprès de son délégataire VEOLIA afin que la loi soit respectée est restée sans suite . Madame MARTI, handicapée par une lourde maladie, est aujourd’hui sous le coup d’une procédure engagée par VEOLIA de recouvrement par huissiers. Mais tout cela semble cohérent au vu des déclarations publiques antérieures de Jean VILA(PCF) nous ayant fait part de son choix et de sa satisfaction des services de VEOLIA.

Gilbert Mitterrand, lors de cette soirée, a développé de grandes déclarations sur les problèmes de la planète et les valeurs d’humanité. Ses propos semblent avoir séduit un auditoire attentif. Pour nous, ces grandes envolées ne mangent pas de pain, ne coûtent pas chères, ce sont des discours, aussi intéressant soient-ils, qui sont attachés au monde des émotions qui s’oublient très vite.

Si Gilbert Mitterrand nous avait rencontré, nous lui aurions parlé des 57 millions de m³ d’eau potable puisée chaque année sur le littoral des Pyrénées Orientales essentiellement. Eau puisée dans les nappes du pliocène dont le niveau a dangereusement baissé au point d’engendrer aujourd’hui une salinisation de la ressource. Nous lui aurions précisé que 24 des 57 millions extraits partent dans les fuites des réseaux de distribution et dans les gaspillages. Nous l’aurions informé sur la manière dont est gérée la ressource eau et les biens communs sur notre territoire.

Pour nous, simples usagers organisés dans une association locale, ce qui compte ce sont les actes concrets ici et maintenant. Notre force, c’est notre organisation collective pour nous faire entendre. Notre association a dix ans d’existence et tout au long de notre combat, nous nous sommes heurtés à l’oligarchie des pouvoirs locaux qui bien sûr clament des belles paroles et distribuent gratuitement aux frais du Conseil Général les bouteilles de la fondation France Libertés parmi les scolaires dans les classes où nous sommes intervenus afin d’en récolter le bénéfice moral. Ces élus là, nous ne les retrouvons jamais à nos côtés dans nos luttes sur le terrain, tout au contraire, ils sont face à nous. Ce soir là, ils étaient parmi votre auditoire.

« L’humanisme n’est pas mort » dites-vous, mais nous, ce dont nous avons besoin et ce pourquoi nous luttons, c’est de la démocratie vivante. La perte de légitimité de nos politiques, nous y sommes confrontés chaque jour.

Le fait que notre association ait été écartée de cette conférence en dit long sur la volonté politique pour s’atteler à ces questions véritables des biens communs et du premier d’entre eux, l’eau. Quel était le but de cette conférence ? Nous ne comprenons plus l’action de la fondation ?

En 2010, une personnalité à l’esprit libre, est venue nous apporter toute la vitalité de son soutien directement au coeur d’une lutte citoyenne sans précédant pour une gestion de l’eau potable en régie dans la vallée du Tech. Nous avons à juste titre, interprété ce soutien comme une reconnaissance de notre lutte citoyenne et celui-ci fut d’un grand réconfort. Cette personnalité conversa avec nous à pied d’égalité, en toute simplicité. Elle s’appelait Danielle Mitterrand. L’auditoire de Cabestany n’était, ce jour là, pas présent.

Pour l’association des Usagers de l’Eau des Pyrénées Orientales, Le président, Dominique BONNARD Amélie/Palada le 15/10/2015

Visites uniques sur ce site | SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL